//
you're reading...
Littérature

Mes lectures pour le thème sur le Japon

Voici les livres que j’ai retenus pour travailler autour du Japon avec les élèves :

512nNtzkAyL._SCLZZZZZZZ__SY115_SX115_Les oiseaux reviennent à Hiroshima de Viviane Koenig et Masako Mizuta

Résumé de l’éditeurUne histoire vraie, celle de Sadako, la petite Japonaise qui court plus vite que le vent. Elle naît à Hiroshima, pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a deux ans quand Little Boy, la bombe nucléaire, détruit Hiroshima, sa ville. Par chance, elle survit… Et puis, elle tombe malade. Alors, elle fait un voeu, plie des centaines d’oiseaux en papier, des grues symboles de longue vie. Elle guérira si elle en fabrique mille… Y parviendra-t-elle ? Heureusement ses amis sont là pour l’aider.

Pourquoi ce choix ? J’ai longtemps hésité avec 1001 grues pour Sadako publié chez Milan poche mais j’ai finalement opté pour celui-ci car il contient un documentaire complet à la fin sur Hiroshima et Sadako.

51aTUXscpbL._SCLZZZZZZZ__SY115_SX115_Aujourd’hui au Japon : Keiko à Tokyo de Geneviève Clastres

Résumé de l’éditeur : Keiko habite à Tokyo, elle aura bientôt 12 ans. Au fil des jours, elle confie à son journal sa vie familiale une peu compliquée, son amitié avec Haruka et sa passion naissante pour l’écriture…
À chaque page, une mine d’informations documentaires (les mangas, le mont Fuji, Hiroshima, la fête des enfants, les tremblements de terre, la mode, le matsuri) répondent aux questions des enfants.

De nombreux volets à soulever et un superbe dépliant panoramique de quatre pages au milieu du livre représentant le matsuri, la grande fête populaire de quartier.

Pourquoi ce choix ? J’aime beaucoup la présentation du documentaire sous forme de journal intime. C’est moins formel et les enfants sont plongés dans le quotidien d’un autre enfant. Sur chaque double page, on trouve une page de journal relative sur la manière de vivre au Japon et à côté pleins d’infos complémentaires sur les fêtes, les coutumes, la mode… Je compte lire une page tous les jours ou les deux jours pour entrer dans la culture japonaise.

aujourd-hui-01aujourd-hui-022013-11-24-14.19.44.resized

10 contes du Japon  de Rafe Martin

    51s99tYwMML._SCLZZZZZZZ__SY115_SX115_Résumé de l’éditeur : Le Japon, univers envoûtant des samouraïs, est aussi une île de poésie et de rêve. On y raconte notamment qu’un peintre donna naissance à des chats en les peignant et qu’une jeune fille fut blessée lorsqu’on entailla l’arbre qui porte son nom. Laissez place à l’imaginaire dans ces contes où la nature et le fantastique ne font qu’un.

Pourquoi ce choix ? On ne peut pas aborder un pays sans connaître ses contes traditionnels. Je connais cette collection et le style est simple et abordable pour des élèves de cm2. J’en choisirai un ou deux que l’on étudiera.

G5Eytmx-bBvhYpJYsLXlgp8zw30Le vieux fou de dessin  de François Place

Résume de l’éditeur : Il était une fois au Japon, au cœur du XIXe siècle, un petit vendeur des rues, nommé Tojiro. Le jeune garçon rencontre un jour un curieux vieil homme. C’est Katsushika Hokusai, le vieillard fou de dessin, le plus grand artiste japonais, le maître des estampes, l’inventeur des mangas. Fasciné par son talent, Tojiro devient son ami et son apprenti, et le suit dans son atelier…

Porté par le talent de François Place, ce merveilleux voyage au pays du Soleil Levant vous révélera les secrets d’un grand maître du dessin.

Pourquoi ce choix ? C’est incontournable lorsqu’on étudie le Japon. Ce roman est richement illustré et est également une mine d’informations sur le Japon du XIX ème. De plus, il permet de lier le projet aux arts visuels.

LevieuxfouEXTRAIT

Ill. François Place Éd Gallimard Jeunesse/Extrait du vieux fou de dessin

9782226240408mLa fille du Samouraï de Fred Bernard et François Roca

Résumé de l’éditeur : Fin XIXe, sur la scène d’un concours d’histoires vraies ou presque, Tomé raconte son histoire…
Une aventure palpitante, fournie, incroyable, où se succèdent les épisodes : le naufrage en Asie, la mort de son père marin, son accueil chez un vieux samouraï aveugle qui deviendra son maître et lui apprendra tous les secrets des techniques de combat, son amour pour la fille du vieillard, l’île invisible des terribles Guerriers-Démons qu’il lui faudra combattre…
De l’amour, de l’exotisme, des combats… Fred Bernard a retrouvé sa verve de conteur pour narrer cette aventure mouvementée et François Roca a su traduire en images la beauté des personnages (à admirer, l’élégance des tatouages sur la peau de la belle Tomo), la finesse des paysages japonais, et la violence des démons. Sa palette de couleurs s’est approfondie et ses lumières nous plongent, alternativement, de la salle de spectacle à la nature avec une dextérité exemplaire.

Pourquoi ce choix ? J’adore les albums de Roca et Bernard. Les illustrations sont absolument magnifiques et l’histoire envoûtante. Elle permet d’aborder le côté guerrier et samouraï

samourai_04

samourai_18 samourai_20

Ill François Roca. Éd Albin Michel / extrait de La fille du samouraï

cvt_Mon-livre-de-Haikus--A-dire-a-lire-et-a-inventer_4490

Mon livre de Haikus de Jean Hugues Malineau

Résumé de l’éditeurDans ce recueil, 100 haïkus, petits poèmes de 3 vers d’origine japonaise, relatent de brefs instants d’émotion, de sensations, des scènes entraperçues. On y trouve des haïkus traditionnels japonais sur les quatre saisons puis des haïkus d’auteurs français contemporains

Pourquoi ce choix ? A la fin de ce recueil, un dossier propose de mener des jeux afin d’amener des enfants à écrire des haikus. J’adopte 🙂

809-X

Hatchiko  chien de Tokyo de Claude Helft

Résumé de l’éditeur : Dans les années 1920, tous les jours, dans une gare de Tokyo, le chien Hatchiko attend son maître. Quand il descend du train, c’est la fête ! Ensemble, ils marchent jusqu’à la maison. Mais un soir, le maître de Hatchiko ne rentre pas. Pendant dix ans, Hatchiko continuera de l’attendre fidèlement sur le quai. Aujourd’hui, Hatchiko a sa statue, qui accueille toujours les voyageurs à la sortie de la gare. Grâce à lui, chacun peut se croire attendu par un ami, même dans une ville étrangère, même loin de chez soi.

Pourquoi ce choix ? Le dévouement, la fidélité et l’amour de ce chien fut tel, que les japonais émus par son histoire le surnommèrent Chuken (ou le chien fidèle) et érigèrent une statue en son honneur.
Située à la gare de Shibuya, cette dernière est devenue aussi célèbre pour le Japonais que la Tour Eiffel pour les Français et les habitants ont pour habitude de se donner rendez-vous devant la statue. Par ailleurs, la race des Akita Inu qui était sur le point de s’éteindre connaît de nouveau de belles heures devant elle.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :